Menu de Navigation
Road Trip USA : Jour 1 Ballade dans San Francisco

Road Trip USA : Jour 1 Ballade dans San Francisco

Par sur Juil 30, 2016 dans Blog | 0 commentaires

L’arrivée sur le sol Américain

Lever matinal et direction l’aéroport Charles de Gaulle. Ça bouchonne à l’arrivée, chassé-croisé des vacanciers oblige. Néanmoins l’enregistrement des bagages et le passage aux douanes se font rapidement. Nous profitons du temps d’attente dans la salle d’embarquement pour contacter l’agence de location de véhicule de San Francisco qui nous a informé le matin même de notre départ d’une erreur figurant sur les informations de réservation. Finalement fausse alerte… Le temps est maussade, le ciel est gris et il pluvine. Nous quitterons Paris sans regret, à la recherche du soleil californien.

Le vol se passe sans souci particulier, excepté le départ qui a lieu avec une heure de retard. Presque 11 heures de trajet nous attendent, c’est long. Nous avions pris, moyennant supplément, les sièges avec espace dégagé au niveau des jambes, soit sans autre rangée devant nous. C’est quand même appréciable, notamment pour dormir, même si nous nous trouvions près de la sortie de secours, à un endroit assez bruyant (prévoir les boules Quiès), sans hublot. Ces quelques heures de sommeil sont précieuses, elles nous auront permis de tenir une petite soirée à San Francisco.

Le Passage aux Douanes

Le passage aux douanes américaines nous paraît beaucoup plus simple et plus rapide que lorsque nous nous étions rendus à New York début 2011. Si vous êtes déjà venus aux USA avec ESTA et passeport biométrique, vous pourrez emprunter une autre file (celle des US citizens et résidents) afin de vous enregistrer sur des bornes avec scan du passeport et photo-portrait imprimée en prime et de faire ensuite la queue pour le contrôle des papiers avec les questions habituelles sur le motif et la durée du séjour, les valeurs et produits à déclarer. Il est conseillé de ne surtout pas plaisanter avec les douaniers américains. Je m’attendais réellement à me faire « aboyer dessus » comme lors du débarquement à New York, genre « comment ça, tu ne comprends pas quand je te demande avec un accent bien prononcé et le plus rapidement possible pourquoi tu viens aux USA, combien de temps et où tu dors » ? Mais non, tout en restant professionnels, ceux que l’on a pu observer et celui devant lequel nous sommes passés sont quand même bien plus détendus et agréables.

Le tout aura quand même été suffisamment long pour que toutes les valises soient déposées à côté du tapis  roulant par les employés de l’aéroport, en attente de leur propriétaire. Les valises Samsonite c’est bien, ça résiste aux chocs mais c’est courant, alors il faut chercher… comme quoi l’idée de « personnaliser » sa valise avec un sticker ou autre n’est pas totalement superflue… Direction Le centre de San Francisco pour rejoindre notre hôtel.

Le transfert de l’aéroport à l’hôtel

Une fois n’est pas coutume, nous décidons de prendre un taxi afin de rejoindre l’hôtel. Nous sommes très chargés et avons déjà plus d’une heure de retard sur l’horaire prévu. Ça nous aura coûté 80 dollars, TIP compris, bouchons compris aussi. C’est une somme à prendre en considération dans le budget mais on évite la galère des transports en commun. Lors du trajet en taxi, nous avons déjà pu remarquer la présence récurrente de SDF, phénomène assez connu ici, et avons été assez surpris de la gestion des déchets en bord de routes en banlieue. Nous rejoignons le Lombard Motor Inn en 1 heure.

Installation à l’hôtel

L’accueil à l’hôtel est courtois et rapide. On a à nouveau l’agréable impression que les personnes font l’effort de s’exprimer doucement et clairement. La chambre est spacieuse : deux queen beds, penderie avec coffre, fer et table  à repasser, TV, nécessaire pour le café, climatisation (inutile pour nous), distributeur de glaçons dans le couloir. Les toilettes et la douche sont dans une même pièce, le lavabo est séparé par une cloison du reste de la chambre. C’est un peu spécial mais pas gênant. Le système de minuterie de l’éclairage dans la salle de douche reste pour le moment un mystère…cela dit, une douche dans le noir peut avoir son charme, surtout quand la pression de l’eau est assez faiblarde et que le rinçage des cheveux est assez long…il reste quand même une sorte d’éclairage « sortie de secours ». On trouvera peut être la bonne manip’ d’ici notre départ. Nous avons choisi le côté rue pour avoir la vue sur Lombard street. C’est un choix mais en terme de nuisance sonore, précisez côté cour…

Lombard Street et Filbert Street

Les bagages déposés et la famille avertie de notre arrivée, nous repartons en direction du Pier 39, en passant par Filbert Street et les Filbert steps. La promenade est plaisante, nous descendons au milieu de charmants petits jardins privés fleuris. Il fait beau et très doux. Même si les lieux sont touristiques, nous ne nous bousculons pas ou très peu de temps et la ville est ravissante et semble être à taille humaine. La population paraît aimable, les piétons ont réellement la priorité, sans forcer. Bref une véritable impression de bien-être. Nous profitons de cette promenade pour retirer nos city Pass et faire valider les billets de la croisière à Alcatraz prévue le lendemain matin.

Pier 39

Puis direction Pier 39 afin d’observer quelques minutes la trentaine de lions de mer qui se font dorer la pilule. Ils sont en tous cas suffisamment nombreux et suffisamment près pour avoir une idée de l’odeur dégagée. RB4C0659Le Pier 39 est un mélange entre un mini centre commercial, mini parc d’attractions. Tout est prévu pour attirer et retenir le touriste. Magasins de souvenirs en tous genres, restaurants et bars divers et variés. C’est quand même assez sympa. Les tarifs sont bien sûr assez élevés mais nous avons soif, très soif. Nous ne résistons pas et nous arrêtons donc dans un bar Beer 39 afin de déguster une bière californienne. L’ambiance est sympa et familiale. Il est possible de manger sur place, le bar proposant quelques snacks mais nous avions réservé au Crab House.

Crab House Restaurant sur le Pier 39

Nous terminons le tour du Pier 39, il est 19h30 alors que notre réservation est prévue pour 20h et il y a foule devant le restaurant. Nous tentons tout de même de prendre notre table et sommes appelés 2 minutes après avoir signalé notre présence. C’est bruyant mais nous avons vue sur le port, comme précisé lors de notre réservation. C’est cher aussi. Les tables autour de nous commandent du crabe. C’est la spécialité il faut dire… Après deux repas dans l’avion et alors que nous sommes debout depuis 5h du matin heure française, l’appétit n’est pas totalement au rendez-vous. La bière n’a peut-être pas aidé cela dit…

On reste dans le basique et commandons un garlic bread avec mozzarella en entrée, correct (ça ressemble au Cheesy Bread de Domino’s Pizza mais sur de la baguette). JP prendra des crevettes panées avec des frites et moi une omelette au crabe avec un verre de Chardonnay. Ces plats sont à 19,95 dollars, le verre de vin choisi à 11 dollars et quelques. Les portions sont plus que suffisantes, y compris la quantité de vin. C’est bon. Les serveurs sont sympathiques. Ils passent régulièrement remplir les verres d’eau servis d’office à votre arrivée. Le coca commandé est à volonté. Les cafés « regular » sont dignes d’un petit déjeuner, enfin du nôtre en tous cas ! A faire une fois, en réservant et en précisant avec vue sur le port. Si l’appétit et la bourse vous disent, goûtez le crabe et/ou les moules. Le tout avait l’air appétissant.

La soirée se termine sur cette note bien agréable. Le soleil s’est couché, le vent s’est levé et il fait très frais. Il est temps de regagner la chambre d’hôtel pour un repos bien mérité.

Laisser un commentaire